De Hergé au "New Yorker" : Joost Swarte

De Hergé au "New Yorker" : Joost Swarte

Le Néerlandais Joost Swarte (° 1947) est actuellement l'un des chefs de file incontestés de l'esthétique hergéenne marquée par l'épure et la lisibilité du trait. Son travail est multi-récompensé et a été exposé à de nombreuses reprises à travers le monde.

Étudiant en design industriel à la fin des années 1960, Swarte se dirige d'abord vers la peinture et se fait publier dans des revues underground. Il introduit la bande dessinée d’auteur dans son pays. Deux ans plus tard, il fonde "Cocktail Comics" le temps d'un numéro. Ses travaux sont publiés en France dans "Charlie".

C’est à Joost Swarte qu’on doit l’invention du terme "ligne claire" quand, en 1977, il s’occupait d’une exposition sur Hergé à Rotterdam. Il repère chez Hergé une sensibilité au "Bauhaus", au constructivisme. Cette sensibilité au design, éminemment moderne, il tente de lui donner un nom. Il définit la notion de "Klare Lijn".

À la fin des années 1970, il se consacre à l'illustration jeunesse en publiant les aventures de "Coton et Pisto" (Casterman) et collabore avec Willem dans "Le Tour du monde de Ric et Claire" (Futuropolis). En 1980, il publie son premier album en France, "L'Art moderne" (Futuropolis).

Depuis, son talent est très recherché en Europe - "Total Swarte" (Denöel Graphic) compile une grande partie de sa production -, mais aussi aux États-Unis comme en témoigne sa collaboration depuis 1994 avec le prestigieux magazine "The New Yorker" pour lequel il signe sa première couverture en 1998.

Depuis quarante ans, on retrouve les images de Swarte, au premier abord simples et optimistes mais cachant toujours de l’ironie et de la duplicité, sur de multiples supports: affiches, portfolios, cartes postales, timbres, pochettes de disques...

Swarte a toujours travaillé pour la presse. Certaines de ses couvertures pour le magazine belge néerlandophone "Humo", ou celle, inévitablement déjantée, de "Métal Hurlant" pour le numéro de noël 1979, sont restées fameuses. Il est considéré par certains comme un auteur - parmi les plus grands - de bande dessinée, mais il est simultanément illustrateur, architecte, designer, scénographe.

En 2018, Joost Swarte a réuni ses dessins réalisés pour le "New Yorker" dans un livre intitulé "New York Book". La version française, que vous pouvez feuilleter ici, a paru chez Dargaud. En plus, il a récemment fourni l'illustration pour un dossier dans "Le Un" sur la littérature des Pays-Bas.

Les années de "Septentrion" renferment deux articles sur l’œuvre de Joost Swarte.

Deze artikels interesseren je wellicht ook:

Belangrijke blogartikelen

Blijf op de hoogte

Abonneer je op de RSS-feed