Jouer avec les limites de l'humanité : Les Abattoirs de Toulouse accueillent Jacqueline de Jong

Jouer avec les limites de l'humanité : Les Abattoirs de Toulouse accueillent Jacqueline de Jong

Jusqu’au 13 janvier 2018, Les Abattoirs, lieu d'exposition d’art moderne et contemporain de la ville de Toulouse, organisent le première exposition rétrospective en France de l’œuvre de l’artiste néerlandaise Jacqueline de Jong     (° 1939).

Érotisme, violence, humour et jeu avec les limites de l’humanité s’entremêlent dans cette exposition. Elle traduit la richesse du parcours artistique et de la vie de cette artiste libre et offre un panorama de ses œuvres, des années 1960 (époque de l’ "Internationale Situationniste") jusqu’aujourd'hui. 

Née dans une famille juive, Jacqueline de Jong doit fuir son pays face au nazisme. Après des cours d’art dramatique à Londres et Paris, elle rejoint à la fin des années 1950 le “Stedelijk Museum” d’Amsterdam. Elle y rencontre les membres de Cobra, dont Asger Jorn et Guy Debord, le fondateur de l’ "Internationale Situationniste" qui défie alors la "société du spectacle" et vise au "dépassement" des formes traditionnelles de l’art.

C’est en 1961, à Paris, après des cours de gravure, que son propre chemin artistique se dessine. Un an plus tard, elle fond "The Situationist Times", la seule revue anglophone du mouvement, et attribue à chaque numéro un motif lié au thème situationniste de la derive. Son art figuratif, expressionniste, se joue d’un bestiaire à la fois monstrueux et naïf, hérité de Cobra. Sa peinture emprunte aussi aux objets courants - paravent, miroir ou valise - en écho aux "combine-paintings" et au détournement situationniste.

En Mai 68, portée par ses idéaux révolutionnaires, De Jong rejoint la contestation en gravant des affiches, avant son retour à Amsterdam en 1971. Depuis, elle partage son temps entre les Pays-Bas et sa maison dans la campagne bourbonnaise, en France.

Depuis les années 2000, De Jong beneficie d’un regain d’intérêt. En 2019, le "Stedelijk Museum" d’Amsterdam organisera une exposition de son œuvre.

Photo : Jacqueline de Jong, "Potato Lovers Towards the Milky Way", impression digitale, 2017, collection Les Abattoirs, détail, photo R. Ghiazza  © Jacqueline de Jong - Galerie Château Shatto (L.A). 

Belangrijke blogartikelen

Blijf op de hoogte

Abonneer je op de RSS-feed