Le théâtre de l'Athénée à Paris accueille la compagnie "BarokOpera Amsterdam"

Jusqu'au 7 octobre et du 10 au 13 octobre, la compagnie "BarokOpera Amsterdam" fait deux apparitions sur la scène du théâtre de l'Athénée de Paris. Ces représentations ont lieu dans le cadre du Festival Purcell.

D’abord, l’opéra "King Arthur" dans sa version de Frédérique Chauvet et Sybrand van der Werf, donnera un coup de jeune au compositeur anglais. Suite des réjouissances avec "Queen Mary", la deuxième production de l’équipe, saga historique et musicale qui raconte une histoire intéressante de la cour d’Angleterre.

La compagnie "BarokOpera Amsterdam" a développé une approche originale qui lui permet de décliner plusieurs versions inédites d’une même œuvre (version de chambre ou d’orchestre, version longue ou raccourcie, version traduite ou originale, plusieurs rôles pour un même chanteur, etc.) tout en proposant des mises en scène in progress, s’adaptant à la grande diversité des contextes, des publics et des espaces de diffusion qu’elle investit.

La compagnie "BarokOpera Amsterdam" est friande des genres lyriques hybrides ou mixtes tels la parodie, l’adaptation, le pastiche, le masque, le semi-opéra ou le vaudeville dont elle est l’une des rares spécialistes. Elle se passionne pour Mozart et Purcell ainsi que pour les opéras-comiques de la collection exceptionnelle du Théâtre Français de la Haye qu’elle contribue à faire redécouvrir et qu’elle interprète avec gourmandise et rigueur.

Parallèlement, Frédérique Chauvet, directrice artistique de "BarokOpera Amsterdam", propose ses propres versions traduites, adaptées ou arrangées d’opéras anciens, allant même jusqu’à créer ses propres pastiches et collages en puisant à plusieurs sources musicales. Musicalement, ses réécritures sont animées par une recherche d’équilibre entre le raffinement chambriste, la plénitude et la variété des coloris orchestraux, et théâtralement, par sa volonté de créer des résonances entre les œuvres et les époques.

La "BarokOpera Amsterdam" a choisi de jouer exclusivement sur instruments d’époque (baroque, classique ou romantique) et s’attache à rendre à chaque œuvre ses couleurs originales, ou, dans le cas d’un arrangement, à s’approcher du monde sonore du compositeur. Quant à ses mises en scène, elle les souhaite résolument actuelles, en résonance avec la musique et les lieux de représentation, ludiques, emplies d’humour, de poésie, volontiers décalées, allant à l’essentiel et toujours en lien avec la narration.

Photos : © L. Guizard et L. Monaster.

Belangrijke blogartikelen

Blijf op de hoogte

Abonneer je op de RSS-feed