Menno Wigman (1966-2018)

Menno Wigman (1966-2018)

Le poète néerlandais Menno Wigman s’est éteint à la fin de la semaine dernière,  Il n’avait que 51 ans. "Sa disparition est un coup dur pour la poésie de langue néerlandaise", a écrit son éditeur, "il était un de ces rares poètes capables de gagner à leur art aussi bien leurs pairs que le grand public amateur de littérature".

Wigman aimait se présenter comme un dandy de la poésie. Il n’est pas étonnant, dès lors, que Gerrit Komrij (1944-2012), lui-même éminent écrivain néerlandais, ait intitulé l’article qu’il a rédigé pour "Septentrion" au sujet de Wigman "Le nouveau décadent est arrivé". Cet article a paru dans le n° 3 / 2004.

Notre ancien rédacteur en chef Jozef Deleu a publié des poèmes de Wigman à quatre reprises dans "Le dernier cru", le florilège de poésie qu’il compose deux fois par an pour "Septentrion". Un de ces poèmes a aussi paru dans "Un grand cru", l’anthologie dans laquelle Jozef Deleu a rassemblé une sélection des nombreux "Derniers crus". Il s’agit du poème "Levensloop", que vous retrouverez ici en même temps que sa traduction française "Le Cours d’une vie".

Un autre ouvrage bilingue est le recueil «L'Affliction des copyrettes», publié en 2010. En regard du poème original y figurait chaque fois la traduction française de Jan H. Mysjkin et Pierre Gallissaires. Vous pourrez lire ici la recension qui en a été faite dans les "Actualités" de "Septentrion", n° 1 / 2011.

Menno Wigman n’était pas seulement poète, mais aussi traducteur. Il est notamment auteur de traductions de poésie de Charles Baudelaire et de prose de Gérard de Nerval. De plus, il était excellent lecteur de ses œuvres en public. Ainsi, en 2011, il a donné lecture de quelques-uns de ses poèmes lors de la célébration des 40 ans de "Septentrion" au centre d’arts Bozar d Bruxelles. Les auditeurs étaient littéralement suspendus à ses lèvres.

Photo : Menno Wigman à Bozar, 2011. 

Belangrijke blogartikelen

Blijf op de hoogte

Abonneer je op de RSS-feed