Verken uw gevangenis – dertig jaar na de dood van Marguerite Yourcenar - Le tour de la prison. Le trentième anniversaire du décès de Marguerite Yourcenar

Verken uw gevangenis – dertig jaar na de dood van Marguerite Yourcenar  -  Le tour de la prison. Le trentième anniversaire du décès de Marguerite Yourcenar

Dertig jaar geleden, op 17 december 1987, overleed Marguerite Yourcenar in de Amerikaanse staat Maine, waar ze het grootste deel van haar leven woonde. De schrijfster werd in Brussel geboren als dochter van een Franse vader die behoorde tot de landadel van Frans-Vlaanderen en een moeder die stamde uit de Waalse aristocratie. In 1980 werd ze als eerste vrouw opgenomen in de Académie Française. “J’ai plusieurs cultures comme j’ai plusieurs pays. J’appartiens à tous”, bekende ze ooit. In dit digitale dossier brengen we de belangrijkste artikelen samen die Ons Erfdeel vzw heeft gewijd aan deze grote schrijfster in het tijdschrift Septentrion en het tweetalige jaarboek De Franse Nederlanden-Les Pays-Bas Français. De redactie van Septentrion bracht in het najaar van 2017 leven en werk van Yourcenar op de planken. “L’ être que j’appelle moi”. Le tour de la prison avec Marguerite Yourcenar werd opgevoerd in Parijs, Kortrijk en Sint-Jans-Cappel. In dit dossier kun je drie fragmenten én een integrale opvoering van deze theatervoorstelling bekijken.

Zoals je in ons archief kunt zien, hebben wij in verschillende publicaties van Ons Erfdeel vzw aandacht besteed aan het werk van Marguerite Yourcenar. Hieronder vind je een overzicht van de beste artikelen, die je allemaal online kunt lezen (klikken op de hyperlinks).

Naar aanleiding van de dertigste verjaardag van het overlijden van Yourcenar publiceerde hoofdredacteur Luc Devoldere een bijdrage in Septentrion 3/2017 waarin hij aandacht besteedt aan haar mens- en wereldbeeld. In hetzelfde nummer geeft de biografe van Yourcenar, Michèle Goslar, een overzicht van de evenementen en publicaties ter gelegenheid van het Yourcenar-herdenkingsjaar.

Septentrion 2/2008 bevat verschillende artikelen over Yourcenar naar aanleiding van de twintigste verjaardag van haar overlijden: onder meer een algemeen overzicht over haar werk door Luc Devoldere en een bijdrage van Yourcenar-specialiste Catherine Golieth over Zeno, de hoofdfiguur uit de roman L’œuvre au noir.

Vic Nachtergaele besprak in 1999 in Septentrion de biografie van Michèle Goslar over Yourcenar. In 1985 ging Yourcenar-kenner Nachtergaele in hetzelfde blad na in hoeverre de Vlaamse afkomst van de schrijfster een invloed heeft gehad op haar persoon en haar werk (pdf of via DBNL).

In het jaarboek De Franse Nederlanden-Les Pays-Bas Français van 2017 stelt Achmy Halley, de vroegere directeur van de Villa Mont Noir, het fonds Bernier-Yourcenar voor. Dat fonds is in 2009 verworven door de Archives départementales du Nord en is ontstaan uit de privécollectie van Yvon Bernier, een vriend en medewerker van Marguerite Yourcenar. In een brief van 29 november 2017 reageert Bernier op het artikel: “…le texte d’Achmy Halley ne saurait être d’une exactitude plus grande…”

In het jaarboek van 2015 heeft Luc Devoldere het over de plaats van de Franse Nederlanden in het oeuvre van Marguerite Yourcenar, “het meisje van ’t kasteel” dat haar kinderjaren doorbracht op een heuveltop van de monts de Flandre.

In 2008, veertig jaar na de publicatie van de roman L’oeuvre au noir, vroeg Devoldere zich af of men de hoofdfiguur Zeno kan beschouwen als een held van ’68, of, ruimer gezegd, van de moderniteit (pdf ). In 1993 peilde de Nederlandse Yourcenar-kenner Camiel van Woerkum naar de rol die Frans-Vlaanderen speelt in Wat? De eeuwigheid, het derde deel van de autobiografie van Yourcenar (pdf).

De theatervoorstelling “L’ être que j’appelle moi”. Le tour de la prison avec Marguerite Yourcenar, gebaseerd op de boeken en brieven van de schrijfster, werd op 9 november 2017 opgevoerd in het Centre Wallonie-Bruxelles in Parijs, op 28 november in de Budascoop in Kortrijk en op 1 december in de Salle Maurice Flauw in Sint-Jans-Cappel, Frans-Vlaanderen.

Deze voorstellingen werden mogelijk gemaakt dankzij de steun van  de Algemene Afvaardiging van de Vlaamse regering in Frankrijk in Parijs, het Centre Wallonie-Bruxelles in Parijs, de KULeuven Campus Kulak Kortrijk en het Département du Nord.

U kunt hieronder een fragment van deze theatervoorstelling bekijken. Wie de hele voorstelling wil bekijken of nog andere fragmenten kan hier terecht.

Femme de lettre, Marguerite Yourcenar (1903-1987) est née à Bruxelles d’un père français qui faisait partie d’une veille famille de la Flandre française et d’une mère descendant de l’aristocratie wallonne. Elle fut en 1980 la toute première femme à être admise à l’Académie française. Elle décéda le 17 décembre 1987 dans l’état américain du Maine où elle a vécu la majeure partie de sa vie. « J’ai plusieurs cultures comme j’ai plusieurs pays. J’appartiens à tous », admit-elle un jour. Dans ce dossier numérique, nous rassemblons les principales contributions publiées au fil des ans dans nos revues Ons Erfdeel et Septentrion ou encore dans nos annales bilingues De Franse Nederlanden-Les Pays-Bas Français.

À l’automne 2017, la revue Septentrion a pris l’initiative de réaliser un montage théâtral sur la vie et l’œuvre de Yourcenar. Ce spectacle, intitulé « L’être que j’appelle moi ». Le tour de la prison avec Marguerite Yourcenar, a été représenté le 9 novembre 2017 au Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, le 28 novembre au Budascoop à Courtrai et le 1er décembre dans la Salle Maurice Flauw à Sint-Jans-Cappel (Flandre française). Ces représentations ont été rendues possibles grâce au soutien de la Délégation générale du Gouvernement de la Flandre en France à Paris, le Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, la KULeuven Campus Kortrijk et le Département du Nord.

Vous pouvez voir ci-dessus un extrait de ce spectacle. Pour voir la représentation dans son intégralité ou d’autres extraits, cliquez ici.

Il suffit de consulter nos archives pour voir que l’association Ons Erfdeel vzw a manifesté à plusieurs reprises son intérêt pour l’œuvre de Marguerite Yourcenar. Voici un bref aperçu de quelques-unes de ces publications:

À l’occasion du trentième anniversaire du décès de Yourcenar, Luc Devoldere a publié un article dans Septentrion (3/2017) dans lequel il jette à nouveau un regard sur la vie et l’œuvre de l’auteur, sans oublier évidemment ses liens avec la Flandre tels qu’ils pointent de-ci de-là dans son œuvre. Dans le même numéro, Michèle Goslar, la biographe de Yourcenar, parcourt les événements organisés tout au long de cette année commémorative ainsi que les publications parues dans ce cadre. Le numéro 2/2008 de Septentrion contient divers articles sur Yourcenar à l’occasion du vingtième anniversaire de son décès. Le lecteur y découvre un aperçu général sur son œuvre par Luc Devoldere et une contribution de Catherine Golieth sur Zénon, le personnage principal de « L’œuvre au noir ». En 1999, Vic Nachtergaele a publié un commentaire sur la biographie de Yourcenar par Michèle Goslar et dès 1985, ce spécialiste publiait dans Septentrion une étude sur la mesure dans laquelle l’origine flamande de Marguerite Yourcenar a pu exercer une influence sur sa personne et son œuvre.

Dans l’annuaire De Franse Nederlanden-Les Pays-Bas Français 2017, l’ancien directeur de la Villa Mont Noir, Achmy Halley, vient de présenter le Fonds Bernier-Yourcenar, constitué à partir de la collection particulière d’Yvon Bernier, ami et collaborateur de Marguerite Yourcenar, et acquis en 2009 par les Archives départementales du Nord. Dans une lettre du 29 novembre dernier, Bernier a réagi à cet article en ces termes : « … le texte d’Achmy Halley ne saurait être d’une exactitude plus grande… »

Dans l’annuaire 2015, Luc Devoldere évoquait la place qu’ont occupé les Pays-Bas français dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar – « la petite châtelaine » – qui a passé ses années d’enfance sur un sommet de colline des monts de Flandre. En 2008, quarante ans après la publication de « L’œuvre au noir », le même auteur se demandait si l’on peut considérer Zénon comme un héros de Mai ’68 ou, plus généralement, de la modernité. Bien plus tôt encore, en 1993, le spécialiste de Yourcenar néerlandais Camiel van Woerkum sondait le rôle occupé par les Pays-Bas français dans « Quoi ? L’Éternité », la troisième partie de l’autobiographie de Marguerite Yourcenar.

(Foto/photo: Bernhard de Grendel)