De Franse Nederlanden - Les Pays-Bas Français - 2017, nr. 42

1 september 2017

Wat hebben Guido de Brès en Ogier Gisleen van Boesbeke, bien étonnés de se trouver ensemble in dit jaarboek, met elkaar gemeen? De Zuidelijkste Nederlanden, nu in Frankrijk gelegen, en de zestiende eeuw.
Boesbeke was de eruditie humanist-diplomaat, trouw aan de Kerk van Rome, die na zijn gezantschap aan het hof van Suleiman de Grote in Constantinopel nu aan de Oostenrijkse keizer rapporteerde over de Franse politiek en de krijgskansen in de Nederlanden. De Brés was de militante predikant en hartstochtelijke pleitbezorger en publicist van het protestantisme, dienaar van de waarheid waarvoor hij stierf.
Het hart van Boesbeke ligt in de kerk van Boesbeke aan de Leie, bij de Belgische grens. De Brés werd begraven op de Mont d’Anzin in de buurt van Valenciennes.

En nu het toch over graven gaat: we weten sinds 1992 waar John Kipling, de zoon van Rudyard, begraven ligt. Zijn vader heeft het bij leven nooit geweten. De jonge officier kwam niet terug na een aanval op 27 september 1915 bij Loos. Na zorgvuldig onderzoek bleek in 1992 dat een “unknown Irish Guards Lieutenant” in een graf uit 1919 in Dud Corner Cemetery in Loos-en-Gohelle wel degelijk John Kipling was.
Het is 17 december van dit jaar dertig jaar geleden dat Marguerite Yourcenar overleed. Zij ligt begraven in Mount Desert Island in Maine, Noord-Amerika. We stellen hier het Fonds Bernier -Yourcenar voor uit de Archives départementales du Nord.

Misschien moet je de fiets nemen om die graven te gaan bezoeken, iets wat Fransen nog moeten leren op grote schaal te doen. Je rijdt dan ook even langs de staatsgrens: hoe poreuzer en onzichtbaarder die wordt, hoe minder buren van elkaar lijken te weten, blijkt uit een stuk in dit jaarboek.

Je kunt dan ook de villa Cavrois, het modernistische meesterwerk van Robert Mallet-Stevens in Croix, bij Rijsel bezoeken en het Louvre-Lens, dat na vijf jaar aan een tweede adem toe is. Of Calais dat, na de jungle, maar nog altijd met zijn vluchtelingen wil opkrabbelen, en het moeilijk heeft. Le Nord is een laboratorium voor herstel en regeneratie? Dany Boon keert er in elk geval in gedachten en in zijn werk altijd naar terug. Vaut le voyage.

Qu’est-ce que Guy de Brès et Ogier Ghiselin de Busbecq, bien étonnés de se trouver ensemble dans ces annales, pourraient bien avoir en commun ? Tout simplement la partie la plus méridionale des Pays-Bas au XVIe siècle, qui fait aujourd’hui partie de la France.

Busbecq fut l’érudit humaniste et diplomate, fidèle à l’Église romaine, un temps ambassadeur auprès de Soliman le Magnifique à Constantinople et ensuite rapporteur sur la politique française et les chances militaires aux Pays-Bas au service de l’empereur d’Autriche. De Brès était un prédicateur militant et un fervent défenseur du protestantisme, un publiciste aussi, serviteur de la vérité pour laquelle il mourut.

Le cœur de Busbecq repose en l’église de Bousbecque sur les rives de la Lys, près de la frontière belge. La tombe de De Brès est située sur le mont d’Azin dans les environs de Valenciennes.

En parlant de tombes, nous savons depuis 1992 où a été enterré John Kipling. Son père ne l’a jamais su de son vivant. Le jeune officier n’était pas revenu après une attaque lancée le 27 septembre 1915 près de Loos et aucun corps n’avait été identifié comme le sien. Mais des recherches approfondies effectuées en 1992 ont établi qu’un « unknown Irish Guards Lieutenant » dans une tombe de 1919 au Dud Corner Cemetery à Loos-en-Gohelle est bel et bien John Kipling.

Le 17 décembre de cette année, il y aura trente ans que décéda Marguerite Yourcenar. Elle a été ensevelie à Mount Desert Island dans le Maine aux États-Unis. Nous présentons ici le Fonds Bernier-Yourcenar dans les Archives départementales du Nord.

Ce serait peut-être une bonne idée d’enfourcher le vélo – chose que les Français doivent absolument apprendre à faire en grands nombres – pour aller visiter ces tombes. En longeant les frontières nationales, nous pourrions nous arrêter pour méditer un instant sur la constatation évoquée ci-après que plus la frontière est perméable et invisible, moins les soi-disant voisins semblent savoir l’un de l’autre.

Valent également un détour : la villa Cavrois, le chef-d’œuvre moderniste de l’architecte Robert Mallet-Stevens à Croix, près de Lille, ou encore le Louvre-Lens en train de chercher son second souffle après les cinq premières années d’existence. Ou pourquoi pas Calais, qui cherche à se relever, sans sa jungle mais toujours avec des réfugiés ? Une ville à la peine… Alors, le Nord en tant que laboratoire de restauration et de régénérescence ? Quoi qu’il en soit, en pensée ou pour son œuvre, Dany Boon y retourne toujours volontiers. Vaut le voyage.

 

zoek een andere editie

Artikelen in dit nummer