L’autre visage de Molenbeek: le MIMA

L’autre visage de Molenbeek: le MIMA

Le 22 mars 2016 devait s’ouvrir en bordure de la commune bruxelloise de Molenbeek un nouveau musée, le MIMA ou "Millenium Iconoclast Museum of Art". Mais Bruxelles, ce jour-là, a été frappée par deux attentats sanglants qui sont encore dans toutes les mémoires.

L’ouverture du musée a alors été reportée au 15 avril 2016. Durant la première année, il espérait recevoir la visite de quelque 30 000 personnes. Une vraie gageure pour un musée aussi atypique, situé de surcroît en un lieu qui est vu (à tort ou à raison) comme un quartier à problèmes, et très éloigné des musées bruxellois connus.

Établi dans les anciennes brasseries Bellevue au bord du canal Bruxelles-Charleroi, le MIMA cherche à battre en brèche la tradition du musée et même du musée d’art contemporain. Il se propose d’exposer des artistes qui ont davantage l’habitude d’exprimer leur art dans la rue que dans les musées. Il donne ainsi au public l’occasion de vivre une expérience unique en découvrant les subcultures qui inspirent les différents artistes. 

Entre-temps, le MIMA a bel et bien trouvé sa place dans le paysage muséal bruxellois. En moins de deux ans d’existence, il a déjà accueilli plus de 100 000 visiteurs. Parmi eux, ainsi qu’on l’escomptait, un nombre impressionnant d’immigrés et de jeunes qui, jusque là, n’avaient jamais de leur propre initiative franchi les portes d’un musée.

Les "Actualités" du n° 2 / 2016 de "Septentrion" renferment un article sur Molenbeek. Vous le retrouverez ici.

Deze artikels interesseren je wellicht ook:

Blijf op de hoogte

Abonneer je op de RSS-feed