Le marché du travail aux Pays-Bas : voici l’"hyperflexibilité"

L'Institut de recherches économiques et sociales (Ires) est un organisme au service des organisations syndicales représentatives des travailleurs. Sa revue trimestrielle "Chronique internationale" fournit aux lecteurs des clés de lecture pour comprendre l’actualité sociale, économique et politique à l’étranger, afin de favoriser un regard décentré sur les réalités et pratiques nationales françaises.

Dans le numéro 147 de cette chronique figure un article très complet sur la flexibilisation du travail aux Pays-Bas de la sociologue et spécialiste du monde du travail Marie Wierink. 

Voici le résumé de son texte: aux Pays-Bas, quinze ans après l’accord et la loi Flexibilité et Sécurité, les formes flexibles d’emploi se diversifient toujours plus et représentent près de 30 % de l’emploi. Conjugué avec la reprise du chômage depuis 2008 et le ralentissement des sorties vers l’emploi stable, le volume de cet emploi flexible crée un sentiment d’insécurité sociale. Dans un accord social négocié en avril 2013 avec le gouvernement, les organisations syndicales ont obtenu certains correctifs aux abus les plus criants de la flexibilité mais ont été contraintes à des concessions sur la procédure de licenciement et l’indemnisation du chômage auxquelles elles avaient réussi à résister jusque-là. 

Vous pouvez lire l’article de Marie Wierink ici

 

Le numéro 2 / 2013 de "Septentrion" contient un article de Marie Wierink, à lire ici, au sujet du travail à temps partiel aux Pays-Bas et en France.

Blijf op de hoogte

Abonneer je op de RSS-feed