Les variantes du néerlandais de par le monde : "Vertrokken Nederlands"

Comment les émigrants néerlandais et flamands voient-ils leur langue maternelle et la langue de leur pays d’accueil? Comment transmettent-ils leur langue à la génération suivante? Préservent-ils leur identité à travers les habitudes linguistiques ou culturelles? Et le processus est-il le même partout ou y a-t-il des différences selon le pays, le continent, la génération ou la région d’origine? Autant de questions auxquelles tente de trouver réponse l’enquête "Vertrokken Nederlands" (Le néerlandais expatrié) menée conjointement par le "Meertens Instituut" d’Amsterdam et la "Nederlandse Taalunie" de La Haye. "Vertrokken Nederlands", enquête dirigée par la linguiste Nicoline van der Sijs, sera la plus ambitieuse jamais entreprise sur la façon dont le néerlandais se positionne et les variations qui l’affectent.

Un projet d’une telle ampleur nécessitait une phase "pilote" en guise de lancement. Un panel international d’informateurs, de scientifiques et de citoyens ont eu à compléter un premier questionnaire sur la langue ou le dialecte que parlent les émigrants chez eux ou dans leur environnement, leur connaissance du néerlandais ou d’autres langues et leurs vues sur le sujet. Enfin, les expatriés se sont vu soumettre un test sur leur vocabulaire néerlandais et leur connaissance d’expressions néerlandaises, ainsi qu’un jeu de mémoire axé sur le langage parlé. Ce premier questionnaire a déjà été rempli par 4 500 personnes, pour la plupart des Flamands et des Néerlandais qui ont émigré en France, en Australie, en Allemagne, aux États-Unis et au Canada.

Le second volet de l’enquête vient d’être publié. Il a davantage pour objet la préservation et la poursuite de la pratique de la langue maternelle et de la culture d’origine dans le pays d’immigration, avec des questions qui ont trait à des histoires, chansons, choix en matière de médias, congés, mode d’alimentation et habitudes vestimentaires. Des contes de fées du pays d’origine sont-ils toujours lus ou racontés aux enfants, des jeux néerlandais ou flamands toujours joués, des livres néerlandais encore lus tout haut ou vraiment lus, des chansons en dialecte, comptines, berceuses, chansons de saint Nicolas encore chantées?

Si ces sondages démontrent un intérêt suffisant de la part des Néerlandais et Flamands émigrés, et pour autant que des subventions complémentaires soient accordés, une étude de grande échelle sera menée sur le thème de la langue pratiquée par les Néerlandais et les Flamands vivant à l’étranger.

L’objectif final de "Vertrokken Nederlands" est de collecter des données concernant les variantes du néerlandais de par le monde, à la fois en termes de langage parlé et à partir des réponses écrites aux questionnaires.

L’enquête bat toujours son plein. Si vous souhaitez dès à présent lire des réponses, vous pouvez visiter le groupe "Vertrokken Nederlands" sur Facebook.

Blijf op de hoogte

Abonneer je op de RSS-feed